Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fleurs de cactus

  • Voisin, Voisine

    Connards ! Vous n’êtes pas seuls au monde.

    C’est ce qu’on a envie de crier dans sa cour maintenant que les bricolos du samedi  sont de retour. Mais pourquoi hurler ? De toutes façons avec le bruit de la perceuse personne n’entend. Mieux vaut écrire. De sa belle plume ou à grand renfort d’imprimante : Chers voisins. c’est le titre d’un petit bouquin paru chez J’ai Lu en 2013. Son sous-titre dit bien ce qu’il veut dire : Mots doux et petites querelles de voisinage.

    voisins couv.jpg

    Il recueille un tas de ces petits messages goguenards, plaintifs, agressifs ou prometteurs qui agrémentent la vie de nos parties communes dans les immeubles de nos villes.

    « Merci à la personne de bien vouloir cesser de dessiner des bites sur le mur ».

    « Si tu continues à prendre cet (sic) cage d’escalier pour un libre service , je vais te mettre l’anus comme une pièce de 5 francs ».

    « Je suis désolée et c’est embarassant (sic) mais ma culotte est tombée sur ta rembarde (sic) ! ».

    « Il y en a mard (sic) du bordelle (sic) toute la nuit !!! ».

    « Prière de ne pas jeter vos animaux par les balcons ».

    « Je suis très heureuse de l’épanouissement de votre vie sexuelle. Mais ma patience a des limites ».

    On en passe et des meilleures. les auteurs de cet hilarant ouvrage : Aurélie C. & Olivier V. (9ème étage gauche) ont eu la bonne idée de reproduire tels quels ces documents éphémères.

    mots_voisins_011.jpg

    Dans leur jus, ils témoignent de cette expression spontanée et épidermique qui – mieux que les bombages encodés dans la norme du street art – est l’œuvre de l’affect le plus individuel et le plus immédiat.

    rouge lezard.JPG

    Lien permanent Catégories : Fleurs de cactus, Hommes non illustres, Les mots pour le dire, Poignées d'humour 0 commentaire Imprimer
  • Le prince de l’art sans nom

    Un jour mon Prince viendra.

    J’ai beau avoir conservé ma petite âme de moutarde piquante c’est rare que me remue la disparition d’un baladin de notre monde occidental. Mais là, pardon, il y a de quoi ! De quoi s’associer au deuil collectif où les fans de la purple superstar se sont plongés unanimement.

    Ne serait-ce que pour saluer la bonne idée née un jour de 1993 dans l’esprit survolté de cet autodidacte boulimique de création qui, à l’état civil, portait le nom de Prince Rogers Nelson. Alias Prince for ever.

    prince guitare.jpg

    Sauf à la fin des nineties justement. Années pendant lesquelles, le showman engagé dans une partie de bras de fer avec sa maison de disques qui bridait selon lui sa liberté et sa fécondité artistiques, renonça à son nom. Au profit d’un pictogramme imprononçable qu’on traduisit faute de mieux par Love Symbol.

    Prince-symbol.jpg

    Souhaitons que Prince reste dans les mémoires. Non seulement pour sa musique. Mais aussi pour cette rébellion interstiCielle qui le conduisit à tenter d’imposer sa vision personnelle à l’industrie musicale.

    A la réflexion cette attitude avant-gardiste mériterait d’être généralisée. A ce que le business international épingle sous la vague rubrique d’art brut notamment. Imaginez des foires d’art sans nom par exemple. Voilà qui serait du dernier chic !

    White-cube.jpg

    Des espaces white cubes où, sur la porte vitrée, l’exposition serait annoncée par un hiéroglyphe ! Des ventes publiques of « The Artist Formely Known As » Chomo. Ou TAFKA Darger, TAFKA Wölfli, TAFKA Quivousvoulez. On peut rêver.

    Un jour mon prince viendra…l'internationale intersticielle,prince rogers nelson,art sans nom,white cube

    Lien permanent Catégories : Fleurs de cactus, Flonflons 0 commentaire Imprimer
  • Amigos et Barbudos

    Pour les amigos réfractaires à certaines de mes analyses au sujet des carottes trop cuites (voir mon post du 30 novembre 2015 Robillard Déco et ses commentaires), je me permets de conseiller la lecture de cette phrase qui prouve que je commence à ne plus être la seule de mon opinion : « Il serait dommage que l’art Brut perde son âme en cédant au quadruple écueil de l’art contemporain : la marchandisation, la personnification, la communication, et l’exhibitionnisme insatiable et obscène ».

    C’est Philippe Godin, l’auteur de cette remarque de bon sens. Elle figure en toutes lettres sur son blogue La Diagonale de l’art dans une note du 19 février 2016 intitulée La Confusion des genres.

    Dans le collimateur du blogueur philosophe, l’actuelle exposition caribéenne, « tout à fait exemplaire de certaines tentatives de récupération pour donner à l’art brut une proximité factice avec l’art contemporain » d’une galerie parisianouillorkaise.

    Galerie que je ne nommerai pas. Par souci de ne rien faire qui puisse nuire à l’économie de la patrie des barbudos après la visite officielle du camarade Raul à l’Élysée au début de ce doux mois de février 2016.

    logo ani.jpg

    Lien permanent Catégories : Fleurs de cactus, Les carottes sont cuites, Les mots pour le dire 8 commentaires Imprimer
  • Belles de concours

    Après la médaille, la miss.

    Les occasions de se distraire sont trop rares aujourd’hui pour s’épargner celle ci.

    les miss.jpg

    Une aimable troupe de belles de concours s’est initiée à la critique d’art pyramidale au détriment d’Augustin Lesage avec la bénédiction du haut patronage du LaM trois fois artifié.

    l'esprit de la pyramide.jpg

    La création ça creuse : une rapide collation s’ensuivit.

    Sans doute y avait-il des carottes au menu.

    L’histoire ne dit pas si elles étaient cuites mais on s’en doute

    carottes.jpg

    Lien permanent Catégories : Fleurs de cactus, Les carottes sont cuites 1 commentaire Imprimer
  • Robillard Déco

    Pour les amigos qui en douteraient encore,

    la preuve que les carottes sont cuites :

    détail déco.jpg

    Rappel : pour suivre un lien cliquer sur les mots soulignés

    logo ani.jpg

    Lien permanent Catégories : Fleurs de cactus, Les carottes sont cuites 2 commentaires Imprimer
  • A Bolzano on en installe !!

    En d’autres temps, j’aurais salué ce geste artistique spontané. L’équipe d’entretien d’un musée qui poubellise allais-grément une installation (un tas de bouteilles de mousseux vides avec cotillons et flûtes) c’est toujours plaisant. Surtout si ça se passe en Italie, pays le plus cultivé de la terre.

    Mais avec l’expérience je suis devenue neurosceptique. Ma petite cervelle ne se laisse plus facilement envahir par les toxines de la grosse rigolade. Aussi y (ii) ai-je regardé à deux fois avant de m’autoriser un pâle sourire de hy(i)ène devant ce fait d’automne (ou divers si vous préférez) qui vient de secouer la routine de Bolzano dans le Tyrol du sud.

    bolzano.jpg

    A la réflexion je me suis demandé pourquoi la bande de news passante qui monte à mon écran quand je déconnecte d’outlook avait éprouvé le besoin de me glisser celle-ci en provenance de Francetv info. D’accord ça change de la chemise du PDG d’Air France que les medias n’arrêtent pas de se déchirer mais quand même !

    La chose n’est pas si pire ! Puisqu’on nous dit que le duo d’artistes (appelons les Sara et Eleonora), ainsi vandalisés par inadvertance, va réinstaller son œuvre « dès que possible ».

    Ce n’est pas la première fois d’ailleurs que survient un tel événement. Il y 10 ans déjà, sur un blogounet de fortune où je ramais avant de rejoindre le vaisseau amiral de l’ii, j’avais rendu compte de pareille mésaventure dont un certain Damien avait été la victime consentante. La mode alors n’en était pas tout à fait lancée.

    Mais aujourd’hui que toute ingénuité est bannie du processus artistique, je me demande si ce n’est pas délibérément qu’on cherche à susciter ce genre d’acte manqué de la part du personnel en charge du nettoyage. La provocation c’est tellement commode pour organiser le buzz autour d’un petit quelque chose qui passerait sans cela inaperçu !

    Même pas drôle ! dirait ma p’tite nièce. Heureusement qu’avec la première phrase de la dépêche de Francetv info, il y a cependant de quoi se marrer. Je cite : « L’art contemporain est parfois un peu obscure (sic) ».

    logo ani.jpg

    Lien permanent Catégories : Fleurs de cactus 0 commentaire Imprimer